Tableau Honneur

tableau_honneur_fpd.jpg

Tableau d'Honneur à Raymond Leibowitch

leibowitch.jpg

RAYMOND LEIBOWITCH.(1913-1979)

"Un Pionnier de la prothèse moderne en France"

Docteur en Médecine. Montpellier 1940

Stomatologiste. Paris 1945

Mécanicien dentiste. Paris 1949

« Dans l’esprit du public remplacer une ou deux dents est une opération qui s’apparente au changement d’une roue de voiture. La réalité est bien différente : Réussir un bridge ou une couronne est un art véritable »

  Au début des années 60, Raymond Leibowitch prend conscience du fossé qui existe entre la dentisterie française et celle des Etats Unis.

Les matériaux, les technologies et la philosophie dentaire sont à des années-lumière de ce qui s’enseigne et se conçoit outre atlantique.

Il s’abonne à des revues de « là-bas » ,apprend l’anglais en lisant avec passion des articles parlant de matériaux et de techniques d’empreinte.


En France on fabrique des couronnes « bague », on prend des empreintes à la pâte de Kerr et au «Stents»… Aux USA, on utilise des méthodes indirectes avec des  thiocols, hydrocolloides ou silicones…

Il découvre l’occlusion et la gnathologie, les articulateurs tout ou partie adaptables, et cerise sur le gâteau: la céramo-métallique.

Jusqu’àlors , la céramique dentaire était  utilisée pour les dents préfabriquées et la fabrication dans les secteurs antérieurs   des « couronnes jackets » sur platine.

Les americains proposent un nouveau procédé: La céramo-métallique utilisable non seulement pour les incisives mais également dans les secteurs postérieurs   car cette  technique conjugue solidité et esthétique .

C’est la révolution ! Succès mondial immédiat. Leibowitch fait entrer cette modernité dans la dentisterie française.

Nouveau procédé encore imparfait. Tout est à définir : conceptions des maquettes, manipulation des pâtes pour obtenir les teintes, contrôle   des liaisons et des cuissons sur le métal.


En 1966, il crée avec quelques prothésistes «Le Club Français de Céramique Dentaire(CFCD) »,  association de céramistes passionnés qui mettent en commun expériences, échecs,trouvailles ….La céramo-métallique trouve très vite sa place propulsée par des industriels tels que VITA et CERAMCO…

R. Leibowitch  y contribue largement en sillonnant la France pour prêcher la bonne parole prothétique.

Orateur hors pair, il passionne ses auditeurs.Il les amuse aussi par ses « coups de gueules » restés célèbres pour les plus anciens d’entre nous.


Mai 1968, révolution sociale cette fois, qui va voir la création de la Faculté de Chirurgie dentaire de Montrouge. Il sera un enseignant très écouté et un maitre de thèse prolifique pour de nombreux futurs praticiens. Il devient le chef de file de toute une génération d’assistants et de maitres de conférences.


Outre ses activités de praticien et de formateur, il adorait toutes les formes de spectacle, de la musique au cinéma en passant par le sport..

Dans les années 50 il fut contre -ténor dans le célèbre groupe des « 4 barbus » puis dans la « Chorale des amis de la nature » reprenant « Quand un soldat » de Francis Lemarque   dont il avait épousé la sœur « Mauricette »    en secondes noces.

Très musicien, il n’était pas rare qu’entre deux patients, il joue de la

flûte traversière devant son four à céramique entre deux cuissons !

Le cinéma, également, par sa sœur Marguerite, plus connue sous le nom de Margot Capelier la plus grande directrice de casting du cinéma Français pendant des décennies

Le sport aussi, malgré sa taille modeste il adorait le volley-ball qu’il pratiquait  comme passeur tous les étés sur les plages du coté de Cabourg.


Raymond Leibowitch a été un ardent défenseur des prothésistes dentaires.

Il sera le premier praticien à demander à ses confrères de les citer dans les publications et conférences auxquelles ils participaient. C’était un homme engagé,un praticien passionné , un conférencier adulé , jamais avare de bons mots .Parmi ceux-ci , ceux qui l’ont connu ne pourront jamais oublier : les rapports parasexuels de mouche ! Les dents suffisamment solides pour manger du mammouth cru ou encore cette réflexion : Au prix que vous payez  les couronnes céramo-métalliques il faudrait q’elles s’auto-nettoyassent ….

Merci Raymond.

Jacques de Cooman  Prothésiste Dentaire, avec la collaboration de Michèle de Rouffignac Chirurgien-Dentiste

(Le dessin de Raymond Leibowitch a été réalisé par Antoine Vassalo, son élève).

leibo_4.jpg

« Cher Jean-Jacques, j'ai effectivement bien connu "Leibo" et les amis, du premier cercle de ses fans. Leibo est devenu amical le jour où il a découvert au bas d'une lettre que je lui adressai la terminologie utilisée par un romancier(jjm: Raymond Levy, père de marc Levy) "Swartzenmurtz ou l'esprit de parti". La locution"Schwartzienrmurtien vôtre" l'avait convaincu que j'étais de son bord, maniant raillerie et approximations.   Depuis il me saluait quand nous nous rencontrions dans le hall de la fac, et ignorait superbement certains collègues qui m'accompagnaient.

Il savait lire et maniait superbement l'ironie. Je me souviens d'un dialogue à l'ADF où devant une réflexion de Jean-Claude Harter, relative à son " mauvais caractère" il lui répondit vertement: " si j'ai mauvais caractère, c'est parce que je mesure 1 mètre 59". Il a formé un bon nombre d'excellents enseignants qui furent de mes amis ».

Michel Goldberg   Professeur émérite Faculté des Sciences Médicales et Biologiques ( juin 2020)

raymond_leibo.jpg

La première fois que j’ai vu, entendu et été séduit par le Professeur Leibowitch, ce fut le 18 octobre 1973, à Versailles, lors d’un séminaire organisé par le C.O.S.Y. J’y avais retrouvé nombre d’amis, prothésistes dentaires et chirurgiens-dentistes. Ce fut une manifestation d’ampleur, prouvant que l’on pouvait attirer nos deux professions parrainées par un seul homme dont le nom faisait remplir les salles de conférences. Environ 400 prothésistes dont 1/3 de salariés, près d’un millier de dentistes et stomatologistes et près de 500 demandes non satisfaites, furent les chiffres émis alors. Chirurgiens-dentistes et Prothésistes dentaires travaillèrent en direct, alternativement, dans un état d’esprit exceptionnel, sur 2 écrans et avec des moyens techniques importants pour l’époque. Tout d’abord, le Dr Leibowitch précisa l’objet de cette réunion et dénonça avec fermeté les pressions inadmissibles auxquelles le C.O.S.Y. avait été soumis pour que la réunion n’ait pas lieu dans « cette forme d'étroite collaboration entre Prothésistes et Cliniciens ». Voilà l’homme qu’était « Leibo ".

 Je ne peux citer les noms de tous les conférenciers dans leurs différentes interventions, parmi ceux-ci: Claude Pichard sur la qualité des empreintes, source de qualité ou d’échecs assurés, Paul Pretto et Claude Landez sur leurs procédés de dorure par electro-déposition des céramiques sur nickel-chrome. » Leibo » montra tout son talent en expliquant l’intérêt à l’époque des soudures d’or à haute fusion permettant les interventions secondaires sur la céramique. Nous étions en 1973. Francisco Ganzo fit un exposé applaudi sur les maquillages en profondeur dans les céramiques. Nous découvrîmes aussi à cette occasion le système Pindex récemment importé en France. Parmi les prothésistes dentaires , il y eut la plupart des meilleurs de l’époque :Claude Aizen,Roger  Dauriac,François Lagnaux, Roberto Standardi, Jean Carmona, Jacques De Cooman, Jean Ollier,André Montagnon,Jean Pradoux… et parmi les Chirurgiens-Dentistes Robert Bugugnani, Si­mon Perelmuter, Christian Knellesen, Claude Valentin, Michel Degrange, Yves Samama, Monique Brion, Francine Liger, Jean- François Técucianu, Alain Fontenelle, Gil­bert Amzalag, Michèle de Rouffignac et bien d’autres encore...

Raymond Leibowitch fut un meneur de jeu exceptionnel, plein d’humour, souvent plein d’humilité, mais sans pitié pour ceux qui ne partageaient pas forcément ses points de vue. Il ne laissait donc personne indifférent. Les Prothésistes Dentaires présents dans le cabinet dentaire de Raymond Leibowitch m’ont tous mentionné, la flûte traversière et le bilboquet, ses dadas, dont il n’hésitait pas à en jouer devant les patients, médusés et amusés. Quelques années plus tard, toute la profession apprenait son décès avec consternation, et particulièrement la majorité des prothésistes dentaires.Dans son genre, Il n'eut évidemment pas de successeurs. Le grand amphithéâtre de la Faculté de Montrouge porte son nom.

  Jean-Jacques Miller Prothésiste Dentaire


« Mon père, Jean PRADOUX , prothésiste dentaire, a travaillé chez le Dr Leibowitch, dans les années 60/70. Ils ont soigné ensemble beaucoup de personnes plus ou moins connues … Br.., Ba.., L. Re.. et tant d’autres. Il était responsable du labo de prothèse du cabinet. Mon père était un précurseur en céramique dentaire, un peu artiste, un peu professeur « trouvetou » de la prothèse, mais aussi, avec et grâce à « Leibo » un champion du bilboquet !!!! »

Pradoux Carole

leibowitch_grand_rex_2.jpg

Robert Bugugnani fut l’organisateur d’une journée consacrée à "Raymond Leibowitch" au cinéma parisien « le Grand Rex » ,  à laquelle tous les membres de son équipe ont par­ticipé.  « Plus de 5 000 diapositives, 20 projecteurs, 3 années de préparation. 7 heures de programmes scientifiques de haut niveau.


Mon père et ma mère étaient membres de la chorale des "Amis de la nature" dont Raymond Leibowitch était le chef. Comme mon père, Édouard Masliah, était dessinateur publicitaire, et que Leibo était aussi son dentiste, il s'occupait de ses publications pendant que Raymond lui faisait ses céramiques tout en jouant de la flûte pendant la cuisson. Un jour qu'il avait un conflit avec un patient, il jeta par terre le bridge céramique qu'il devait lui poser en l'écrasant à coup de talon. Ses colères en tant que chef de chorale étaient homériques, mais à côté de cela c'était un homme qui avait le cœur sur la main.

Henri-Michel Masliah (Prothésiste et orthésiste dentaire)

 

Contact France Prothese Dentaire : contact@france-prothese-dentaire.fr

tableau_honneur_fpd.jpg

Tableau d'honneur à jean-Claude Allard

3_vies_allard.jpg

Les 2 vies de Jean-Claude Allard,

Quelle différence faites-vous entre la prothèse dentaire et la peinture : « Ce sont toutes les deux des activités artistiques, le plus en peinture, c’est que nous avons les applaudissements » René Carré prothésiste Dentaire-Peintre (1925-1993).


J’ai connu Jean-Claude lorsque l’activité syndicale ne réunissait pas loin de la moitié de la profession. Il y avait à construire, à organiser et à enseigner car nous changions d’époque et nous devions innover et surtout sortir de nos laboratoires. Jean-Claude fut parmi ceux qui ont enrichi notre profession, en apprenant puis en diffusant son savoir. C’est un militant de la transmission du savoir.

La concurrence est arrivée, sournoise au début, puis active avec l’arrivée de jeunes praticiens parfois formés par des coaches qui sous couvert organisationnel et comptable, remettait le prothésiste Dentaire à la place d’un fournisseur, collaborateur plus dans la forme que dans le fond. Dès lors les importateurs avaient de beaux jours devant eux. Les mentalités changèrent également. Du côté des prothésistes dentaires nous avons partagé les mêmes illusions avant d’avouer les mêmes désillusions.


Jean-Claude Allard avait d’autres idées et d’autres ambitions. Depuis, il a démontré qu’entre artisan et artiste, la paroi est souvent mince. Jean-Claude avait pleinement toutes les capacités pour franchir cette cloison. Sa réussite est de vivre pleinement sa vie et vivre de son travail, peut être comme il en rêvait ou l’imaginait lorsqu’il a choisi son premier métier. Son exemple n’est pas le seul dans notre profession, mais cet amoureux des mots nous l’explique mieux que quiquonque.il n’y a pas deux parcours sur terre qui se ressemblent, c’est souvent le destin qui sait nous départager. Jean-Claude a eu des parcours différents, enrichissants, complémentaires mais tellement enthousiasmants à l’entendre. Je lui laisse la parole, car qui mieux que lui peut nous expliquer ses 2 vies.


« J’avais préparé ma retraite depuis ma 37e année. » s’exprime ainsi Jean-Claude Allard. « En effet, je désirais pouvoir vivre une seconde vie artistique avec une liberté de création, d’expression, de reconnaissance, de passion différente de ma première existence ».


De prothésiste Dentaire à l’art pictural et à l’écriture, tel est le parcours de J-C Allard.

Jean-Claude rentre en apprentissage en 1964 à 14 ans et demi, dans un laboratoire du 20e arrondissement : quatre ans dans ce laboratoire : trois années d’apprentissage, et une année presque complète en tant que stagiaire sous la houlette d’un excellent maître d’apprentissage Gaston Brault Prothésiste dentaire émérite, meilleur ouvrier de France, et trésorier de l’UNPPD, première chance. En avril 1968 il quitte le laboratoire pour entrer à la faculté de chirurgie dentaire de Garancière au Quartier latin rue en tant que prothésiste dentaire démonstrateur. Deuxième chance. Sans perdre de temps il s’inscrit pour les cours en vue de préparer le BM1 (un brevet de maîtrise première partie) qu’il obtient en  1969. » Ce furent deux années de cours théoriques le soir à Belleville et le samedi cours pratiques à la Chambre des Métiers. Cela supposait de nombreux allers-retours. J’étais à la maison le soir vers minuit-une heure et le lendemain, il fallait reprendre le boulot… Mais la passion était présente… » Il assiste également à des réunions d’information, et à des conférences professionnelles, et rencontre Jean Vincent Pioli (voir tableau honneur APD) syndicaliste, et fervent défenseur de la profession. Jean-Claude passe 8 années à la faculté de chirurgie dentaire, « immense privilège car j’avais un plus en comparaison avec un laboratoire de prothèse dentaire artisanale : à chaque étape nécessaire jusqu’à la finition, je pouvais assister, participer aux essayages en bouche sur le patient en compagnie de professeurs ou d’étudiants. Je comprenais tout le comportement de ma réalisation prothétique sur du vivant, le futur porteur de prothèse, patient en fonction de l’espace buccal, les muscles… » 3ème chance.


Fort de cette expérience et de ce bagage professionnel, il crée en 1975, à Périgueux son propre laboratoire, et s’inscrit dans la foulée au BM2, qu’il réussira, et participe à de multiples stages. Grâce à son implication, il intègre le célèbre Club Français de Céramique Dentaire composé d’une quarantaine de professionnels dans toute la France. Afin qu’il y ait une meilleure transmission des connaissances, il crée en Dordogne en 1978 le cercle de perfectionnement des prothésistes dentaires de la Dordogne.

C’est alors de multiples activités professionnelles et syndicales qui vont marquer son parcours professionnel : enseignant, conférencier, conseiller d’enseignement technologique, Président du syndicat de Dordogne (UNPPD) puis membre du bureau national…

Il quitte la profession, et vend son laboratoire en 2012. « Je désirais pouvoir vivre une seconde vie artistique avec une liberté de création, d’expression, de reconnaissance, de passion différente de ma première existence.


Pourquoi l’art pictural ?

« Le déclic pour la peinture remonte à une période de mon adolescence. Un jour, en visite chez ma vieille tante qui aimait les belles choses, j’ai découvert un tableau qui m’avait fasciné dans son appartement vers la porte de Saint-Ouen. Ce tableau représentait une rue montante dans la pénombre, une rue menant au Sacré-Cœur de Montmartre, en arrière-plan, une perspective. Et, à l’avant-garde, sous un réverbère, un clochard triant des déchets ménagers dans une poubelle. Magnifique œuvre, riche en couleurs. Mes chers parents possédaient ce tableau et maintenant cette œuvre se trouve dans mon atelier de peinture. Elle n’est pas belle, mon histoire vraie ? Il y aurait encore beaucoup à raconter : passion, émotion, sensibilité, envie, que de beaux mots ! »

« À la faculté de chirurgie dentaire de Garancière pour me faire quelques sous, je réalisais des planches anatomiques de morphologie pour une professeure de dentisterie opératoire de la fac Madame Aline Gonon, planches dont elle se servait pour l’enseignement à ses étudiants dentistes. Déjà j’aimais dessiner à l’encre de Chine en y ajoutant de la couleur. Alors bien évidemment ce qui devait arriver, arriva ; l’on ne peut pas être toujours sur les dents… Depuis 83 je poursuis cette passion j’aurais eu une deuxième vie artistique, libre »


Pourquoi l’écriture ?

« N’étant pas un grand « fortiche » en orthographe durant ma vie professionnelle en fonction de mes différentes activités je me suis mis à écrire.

-Des articles techniques, adjointes, conjointes pour différentes revues mais en particulier RFPD actualités revue française des prothésistes dentaires.

-En tant que membre du comité de lecture rédacteur adjoint de la RFPD et pendant une période rédacteur en chef (éditoriaux, coups de gueule, présentations d’articles, articles techniques etc.)

J’ai réalisé la valeur d’un livre technique comprenant plus de 700 photos « Manuel pratique de prothèse adjointe complète au laboratoire » parution chaque mois dans RFPD en tout 68 articles techniques, éditoriaux etc. représentant 202 pages rectos versos (soit 404 faces). Bien modestement c’est dire que j’avais une petite idée de la composition des mots…

Donc, bien plus tard en même temps que la peinture, j’ai éprouvé l’envie de faire partie d’un club de poésie ; donc lecture des grands auteurs Victor Hugo, Rimbaud etc. et composer ses propres textes poèmes à déclamer en séance de poésie ce fut encore aujourd’hui comme un apprentissage. D’ailleurs je considère être un apprenti à vie et plus la vie sera longue, meilleure sera mon apprentissage.

La peinture est également un moyen de transmettre ses émotions comme d’ailleurs l’écriture avec un peu d’organisation, de travail et d’envie les deux sensibilités vont bien ensemble.

J’ai commencé à composer quelques textes puis en 2009 l’envie de sortir un premier livre « Natures sensibles » au pluriel, la Nature, ma Nature et c’est parti, depuis je suis à mon 10e livre. »


Chevalier de la Légion d’honneur et Officier dans l’ordre des Palmes académiques,médaille d’or de la reconnaissance artisanale, il est surtout fier de la médaille de la Solidarité que lui a remise Bertrand Lallé, son successeur à l’Union départementale des Prothésiste dentaires de la Dordogne. Parce que, dit-il, « elle est attribuée au nom à la fois des employeurs et des employés ! »Par ailleurs Jean-Claude, figure locale, a su devenir président de la Société des beaux-arts du Périgord durant 10 années (société crée en 1884,  avant les beaux-arts de paris)membre actif du club poétique des Hydropathes, de l’association Le Quai, etc…

Aujourd’hui, il ne rêve plus que de campagne, de paysages de sous-bois où sautent des biches, de levers de soleil sur des champs non fauchés ou des sols enneigés. Son troisième recueil de confidence, intitulé « Couleurs et sentiments », paru chez Arka, est entièrement illustré par ses aquarelles qui accompagnent ses petits textes poétiques.

». Dans sa nouvelle vie d’artiste, Jean-Claude Allard a une boulimie de création. Dans son atelier de Trélissac, il accumule les toiles, huiles et aquarelles.


La délicate poésie de ses esquisses aquarellées à l'encre de Chine illustre délicieusement la riche palette de mots qui compose - tel un tableau - chaque texte du livre. Source d'inspiration, la nature évoque au fil des pages ses décors vivants pleins de fraîcheur et d'émotion. Des scènes de vies sont chuchotées et relatent avec tendresse un vécu, une observation fine des saisons, des lieux, et de toutes ces petites choses qui font les bribes de notre ressenti et des souvenirs. La lecture des poèmes et proses est une invitation au repos et se savoure avec délectation. La poésie, l'écriture au sens le plus vibrant, mais aussi la peinture, le dessin, sont des refuges artistiques. Les auteurs de ces refuges permettent à tous les autres, non seulement d'admirer et de se ressourcer, mais également de rêver.


Jean-Claude Allard fut responsable de l’ « Espace Art » au Dental Forum 2012, réunissant une dizaine de prothésistes dentaires exerçant leur talent dans les domaines de la sculpture, de la peinture, de la photographie d’art, de l’écriture… Il aurait souhaité que l’on mette plus en valeur et régulièrement tous ces « artistes ». Eric Gendreau, Didier Lemaitre, Marie-Hélène Vignal, Nicolas Vilboux, Rolande Delanoue, Céline Bourget, Hervé Schiffner, Erwan le Bon, Vincent Rideray… Appel aux volontaires.

Propos recueillis par Jean-Jacques Miller ( juin-août 2020) Jjmiller@apd-asso.fr

 Pour conctacter jean-Claude :

Jean Claude Allard

La Grande Mare

24750 Trélissac

(Dordogne)

 Tél : 06 32 95 31 05

allardmaryse@hotmail.fr

 dedicace_allard.jpg

Vision de peintre

Le soleil martèle

La terre se ride et craquelle

Nulle pâquerette même sèche

Sur cette terre aride et rèche.

Le vert devient jaune

D’un  jaune passé, morose

Le rouge géranium devient rose

Les arbres se défeuillent comme à l’automne.

C’est l’annonce d’une palette tentante

Sentimentale, automnale, volante

Celle qui empile les bûches à l’abri

Pour que plus tard braisent les désirs inassouvis.

  Jean-Claude Allard     (  Jeudi 29 septembre 2016 )

(extrait: "Soigner les maux par les mots")

tab_2.jpg

tab3.jpg

tab_1.jpg

" J’ai eu l’immense chance de côtoyer Jean Claude Allard durant 5 années.

​Moi le '' petit banlieusard '' qui n’avait, il faut le dire, pas grand-chose, ni à rêver, ni à entreprendre,le destin a mis sur ma route cet homme extraordinaire, à la fois universitaire et amoureux de Brassens.

Il m’a appris à apprendre, à regarder, et surtout à aimer mon métier. Il a toujours été visionnaire, travailleur acharné et pédagogue hors pair.


Il a aussi participé au démarrage des cours de CPES en prothèses bi maxillaire sur Paris.

Il y avait des moments parfois difficiles dans mon apprentissage avec Jean- Claude mais c’était toujours dans la bienveillance.

Cet intellectuel maître artisan prothésiste dentaire a élevé son métier et les gens qui l’ont entouré, vers une sorte de reconnaissance et parfois de naissance professionnelle et personnelle.

Je lui adresse une nouvelle fois toute ma reconnaissance et mon amitié"

​PS : la signature de Jean-Claude résume assez bien son parcours      AJC ......

Philippe Thomas Prothésiste Dentaire 


tableau_honneur_fpd.jpg

Tableau d'honneur à Claude Landez

landez.jpg

Claude Landez : prothésiste humaniste

                                    

  Claude avait un charme et un pouvoir d’attraction lorsqu’il intervenait .Claude était avant tout un homme généreux et disponible. Rentré en urgence de Corse en 2008 et après avoir été opéré du cœur, j’avais eu une conversation téléphonique, alors qu’il était sur son lit d’hôpital, concernant sa future participation à « nos rencontres APD » auxquelles il comptait fortement participer.

  La Corse justement qu’il rejoignait souvent , pour séjourner dans sa maison à Pinarellu où ses voisins s’appelaient Stéphane Freiss, Michel Sardou ou Michel Constantin. Ce dernier, acteur de cinéma reconnu, après avoir été capitaine de l’équipe de France de volley, animait un club de ce sport à Pinarellu… Où le rejoignait Claude. J’ai appris, en faisant ce tableau d’honneur que Claude pratiquait également le volley et avait créé une « corpro » de volleyeurs, avec les employés de son labo et d’autres prothésistes dentaires dans les années soixante-dix. La Land Rover trônait à côté de sa maison, symbole de tous ses périples africains. En la voyant, on se mettait immédiatement à rêver.

 

  D’origine Ardéchoise et Aveyronnaise, Claude avait créé un laboratoire à Issy les Moulineaux, puis s’était associé à trois autres prothésistes dentaires, Jacques Gastine, Bruno Honoré, Jacques Lerondeau, pour créer LDA avenue du Maine 75014 Paris, l’un des plus importants laboratoires de la région parisienne.

Lorsque nous voyions Claude animer une conférence on ne pouvait que le respecter. Il a fait partie des vingt glorieuses années de notre profession entre 1965 et 1985 au cours desquelles la céramique a tellement évolué, mais avec tellement d’échecs, que nul ne les ayant vécus, ne peut imaginer. Il a donné ses lettres de noblesse à notre profession avec les meilleurs des prothésistes dentaires de l’époque ( Lagneaux, Pichard. Michaelli, Pradoux, Ollier, Lambart, Ganzo, Landez, Hugon, Gastine.) Une époque où la céramique dentaire était une véritable épopée. Ce fut le début des interventions publiques et des conférences, où les prothésistes dentaires communiquèrent, aussi bien sur leurs échecs techniques que sur leurs succès. D’introvertis, ils devinrent extravertis, avec l’aide de courageux dentistes et stomatologues.

 

  Modeste et généreux, il aimait conseiller, enseigner et dispenser son savoir qui était immense. Bruno Giordano me disait garder le souvenir, où venant de s’installer, Claude était venu dans son laboratoire, l’encourager en lui souhaitant une belle réussite, ce qui fut fait.

Il était aussi capable de s’émerveiller devant l’apparition de la CFAO, avec une petite inquiétude, un changement d’époque. Quant aux importations de prothèses chinoises, nous avions le même point de vue.

Il avait aussi « bourlingué » avec Marcel Louvet Fondateur de la Société Franco-Suisse (devenue Fransor) et je me souviens de toutes ces incroyables anecdotes recueillies lors d’un déjeuner préparé par Marcel, dans son usine, en janvier 2006.Q quel personnage également, avec des ombres et de la lumière.

 

Claude avait créé TAA, « Trans Africa Association », Association de terrain née en 1984 d’une collaboration avec le Dr Robert Bugugnani , enfant spirituel du grand Leibowitch, composée de professionnels et de coopérants bénévoles résolus à apporter leur contribution dans le domaine de la santé, de l’éducatif, du sanitaire et du social. C’est au Burkina Fasso, pays démuni de l’Afrique sahélienne que se sont portés tous ses efforts pendant ces 25 dernières années. TAA a notamment réalisé 27 équipements dentaires complets et 1 laboratoire de prothèse dentaire entièrement équipé au CHR de Ouahigouya

En tout, 75 missions furent menées à bien.

Trouver des donateurs, acheminer produits pharmaceutiques, médicaux, dentaires, et jusqu’à même apprendre la céramique aux prothésistes locaux, ce fut l’infatigable bénévolat de Claude et de Michèle, avec qui il devait fêter ses noces d’or. «  Tout cela est le fruit de l’engagement d’une espèce rare, générosité et altruisme bien dirigés, celui d’un couple que tous ceux qui ont le privilège de le connaître n’ont pu qu’aimer et admirer : Claude et Michèle, sa femme son alter ego. » disait Docteur Robert Bugugnani (décédé en décembre 2019) lors de ses obsèques.

  Autant d’actions qui ont été récompensées en 1995 par l’Ordre du Mérite Burkinabé pour services rendus à la Nation, après celui de l’Ordre du Mérite français en 1977. Médailles qu’il ne portait jamais, dont il ne parlait jamais. Il ne ressentait pas le besoin de se montrer, modestie oblige.

 

Claude avait été CET ( Conseiller de l'enseignement technologique) à l'Éducation Nationale, et l’un des fondateurs Club Français de Céra­mique en compagnie du professeur Raymond Leibowitch qu’il présida également. « Leibo » qu’il faudra bien aussi honorer, un homme de caractère, humaniste lui aussi, qui venait avenue du Maine pour échanger et partager, leurs propres expériences professionnelles.

Il intervenait parfois au sein du syndicat parisien des prothésistes dentaires pour motiver notre profession à se battre pour un niveau supérieur d’enseignement, type bac +3. Il avait également parmi sa clientèle le professeur Guy Penne, doyen de la faculté dentaire qui devint conseiller du président Mitterrand.

Claude était aussi expert judiciaire près de la Cour d’Appel de Paris . Par ailleurs, il donnait régulièrement des conférences en France et à l'étranger et il était l'auteur de nombreuses publications. Ses relations étaient éclectiques, ce qui enrichissait son savoir et son humanisme.

 

Parmi les truculentes histoires qui ont émaillé sa vie , celle d’avoir appareillé un célèbre Président d’Afrique très lié à la France et réciproquement. Claude était arrivé en compagnie de Robert Bugugnani à l’aéroport de cette capitale africaine où les attendait en grande pompe Mercedes blanche et cérémoniale. Travail en binôme effectué avec succès, quelques mots malencontreux échangés dans leur chambre d’hôtel et ayant été interceptés par des gens dont c’étaient le métier, ils furent priés de quitter le pays par le premier avion venu…

Dans ces tableaux d’honneur à notre profession , j’ai voulu honorer les personnes, qui en plus de leur métier, se sont données corps et âme à des passions et à des actions continues. Claude Landez, c’était la générosité qui faisait partie de sa nature « il avait compris qu’un don ne devait pas être un abandon » (Robert Bugugnani). Avec Michèle, il récoltait du matériel et des produits spécialisés (médicaments, équipement dentaire de cabinet et de laboratoires.) mais pour être certains qu’ils arriveraient bien à destination, ils participaient à leur transport routier et à leur distribution. «  Claude Landez s'acquittait de ce véritable apostolat, avec silence et modestie. »

Nous l’avons quitté dans une église remplie de tous ses très nombreux amis en novembre 2008, accompagné d’un orchestre de jazz qu’il aimait tant, pour le cimetière Montparnasse.

Une phrase parcourue l’assistance résumant l’ami de tous les prothésistes dentaire «  Claude, on te croyait presque éternel. Ton cœur t’a trahi, toi qui en avais tant. »

Jean-Jacques Miller jjmiller@apd-asso.fr

 

Ps : Je tiens à remercier Philippe Landez, Claude Canton, Michel Cavaillez..de m’avoir apporté leur témoignage pour ce tableau d’honneur.

 
P.s : Être humaniste c’est travailler pour une meilleure compréhension du monde, c’est la solidarité avec autrui, c’est faire fi de sa vanité. C’est attribuer les mêmes droits aux hommes tout en sachant qu’ils sont différents. C’est cultiver la tolérance, c’est respecter l’homme. C’est donner à l’autre le droit de penser autre chose que ce que l’on aimerait qu’il pense. C’est donner à l’autre le droit d’exprimer autre chose que ce que l’on voudrait, en notre for intérieur, entendre. C’est adapter son action à la capacité de recevoir de son partenaire, C’est avoir du cœur tant en actes qu’en paroles, tant en paroles qu’en actes. C’est enfin être convaincu que l’effort ne trouve sa récompense que dans sa propre conscience.

  landez_3.jpg

landez_2.jpg

capture5.jpg

taa.jpg

taa3.jpg

landez_bugugnani.jpg


P.s: Afin de complèter nos tableaux d'honneur, nous recherchons tous témoignages concernant le Professeur Raymond Leibowitch.

Ecrire: apd@apd-asso.fr

tableau_honneur4.jpg

 grece_2_077a_redimensionner.jpg

"L’œil et la main" de Dino

  «

Avril 2020. Les masques de protection, l'hydroxychloroquine et la pandémie sont les premiers sujets d’actualité des Français, mais nous avons tous envie de nous évader, de rêver, d’admirer les belles choses.

Pour Dino Li, le Covid19 devient la fleur de pissenlit chargée de ses aigrettes dont il suffit de souffler dessus pour les voir s’envoler. La photo est superbe. Dino Li est en France. La réalité est dans le confinement. Il faut attendre pour ressortir, « restez chez vous » nous souffle-t-il. Le confinement, Dino l’a connu.


Sa terre natale c’est l’île Maurice , plage de rêves et lagon turquoise pour les touristes, avec un système éducatif basé sur le modèle anglo-saxon et où de multiples influences se retrouvent dans une savoureuse cuisine locale, un art de vivre raffiné dans laquelle l’ancienne présence française est omniprésente. Mais pour Dino, les perspectives d’avenir sont limitées.


Venant de l’Île Maurice avec un visa d’étudiant il y a 25ans, une histoire d’amour le fait arriver à Lyon . Il s’inscrit à IFOSUP pour passer un CAP en deux ans puis 2 années de spécialisation. C’est en deuxième année que son professeur, Serge Pommet lui a ouvert les yeux et lui a donné vraiment le goût du métier, une reconnaissance qu’il ne cesse de revendiquer. Au bout de ces quatre années, avec son visa, il n’avait pas la possibilité de travailler et s’est retrouvé  un « sans-papiers » pendant 3 ans, mais avec l’objectif de travailler pour les « sans-dents ». Sans papiers, ne veut pas dire sans instruction, ni éducation, ni ambition. «  Les aptitudes sont ce que vous pouvez faire. La motivation détermine ce que vous faites. Votre attitude détermine votre degré de réussite. » Un texte de Lou Holtz, célèbre joueur et entraîneur de football américain, qu’il cite volontiers… et il appliquera ces mots à la lettre.


La motivation pour Dino, fut « d’attirer l’attention et de donner l’envie ». Au côté d’ Hugues Bory, il a appris à maîtriser les matériaux en correspondant avec lui puis en le rencontrant. « Apprendre à regarder les dents naturelles, imiter et créer, apprendre de ses erreurs et même fabriquer ses propres instruments », Dino apprend, se stimule et s’enthousiasme.

Au bout de 3 ans c’est la fin de son confinement  : enfin des papiers officiels. Il finit par avoir difficilement raison de l’administration. Et c’est là que tout a commencé :

L’apprentissage de la céramique allait de pair avec celui de la photographie. « Les belles photos donnent envie, donnons l’envie d’avoir envie »


Mais Dino est un prothésiste dentaire dont les sculptures sont à la hauteur de son talent. Dans le domaine de la céramique, « l’important c’est le rapport à la lumière » « regarder et observer les dents naturelles » son leitmotiv, appris aussi auprès de Gérald Ubassy «  La photo m’a appris à travailler. Ne jamais abandonner, ne jamais s’arrêter, toujours apprendre de ses erreurs"


Chacun est capable de faire une photo de mariage et de la rater. Ce fut le cas pour Dino, presque un drame. Et quand Dino nous l’explique, tout devient limpide et clair « Au travers une photo, il faut raconter une histoire pour que les gens s’identifient à l’histoire » Mariage, enfants, famille, le noir et blanc de Dino Li nous impressionne. Expliqué par Dino, nous sommes émerveillés.


 Dino a longtemps travaillé dans un cabinet dentaire   , là où l’on voit systématiquement les résultats de nos succès ou de nos échecs, mais là aussi où la liberté d’exprimer toutes ses capacités professionnelles sont sujettes à la personnalité du chirurgien-dentiste, et pas forcément à celle du prothésiste, ce personnage de l’ombre que chacun voudrait mettre en lumière et sur scène.


Épanouissement, indépendance, vivre entièrement ses passions et vivre aussi de son métier … Dino, toujours souriant, modeste et sans prétention aucune, me délivre son art de vivre. Durant nos conversations, J’ai découvert un prothésiste dentaire heureux. À le voir et à l’entendre, vous serez convaincus.


Aujourd’hui Dino Li à 45ans. Il s’est installé il y a 2 ans considérant avoir désormais la maturité professionnelle pour accomplir son travail avec le plus de rigueur et de liberté. Soucieux d’une gestion saine, dans un environnement concurrentiel, il avance prudemment sur les investissements, préférant parfois une sous- traitance de qualité, pour mieux se consacrer à l’intégration de ses réalisations au physique et à la personnalité du patient. La prudence est mère de sûreté. S’adapter au marché et à la situation économique, tout en proposant une prothèse de qualité : des bases nécessaires qu'il n’oublie pas.


La prudence chez Dino, c’est de ne pas s’imposer, ne pas se mettre en avant. Souvent, nous n’avons pas le choix lorsque nous sommes devant le patient et le chirurgien-dentiste. « 3ème roue du carrosse », diront certains ! Entre le « statut du patient » et le « statut du praticien » il est parfois difficile pour un prothésiste d’imposer sa réflexion.

Le patient cherchant à "s’offrir ce qu’il y a de mieux". Lui donner le meilleur, c’est de s’offrir « la collaboration » du prothésiste dentaire . Tout cela ne peut se faire lors d’un premier rendez-vous. Il y a   toujours des protocoles de communications à mettre en place avant le protocole photo. Ne pas se substituer à l’homme de l’art, ne pas froisser certaines susceptibilités, mais arriver au bon moment, tel est le travail de collaboration qui est celui du prothésiste dentaire.

Dino Li, par ses cours de « prothésiste-photographe » cherchera toujours à inspirer et à motiver, plutôt qu’à se montrer en donneur de leçon, jamais en super héros.


Un exemple de travail de Dino pouvant inspirer prothésistes et dentistes  :

Chez Dino, tout est relationnel avec le patient. La première entrevue ne commence pas par une photo. Attendons regardons, comprenons. Mettons-nous en confiance, détendons-nous, l’un et l’autre, jusqu’à faire ressortir l’émotion. Puis vient l’art de faire poser les gens. Derrière l’appareil photo, il y a un metteur en scène. Celui qui doit donner envie de sourire naturellement, de rire, de faire découvrir ses dents avec toutes les expressions de son visage. Un metteur en scène se doit de faire donner le maximum à son acteur, le patient. Parfois c’est une dame qui en racontant sa vie va finir par sourire naturellement, à s’extérioriser. Là, c’est gagné, et l’artiste photographe peut redevenir l’artisan prothésiste. Tout le monde est gagnant.


Lorsque l’on oblige le patient à sourire, la photo est souvent ratée, car le sourire est une question de confiance. On utilise environ 17 muscles pour sourire, 4 fois plus pour faire la gueule. Il faut susciter l’émotion pour rendre le sourire sincère et non feint. Il faut aussi observer les yeux, les petites rides, les pattes d’oies qui sont le signe d’une authentique joie. Et clic,   le sourire devient naturel, la photo est bonne. On ne peut pas dissocier le sourire et les dents, mais la photo ne sert plus à prendre seulement la teinte, mais à guider le prothésiste dans la maîtrise des formes, des couleurs, et de l’envie du travail bien fait.

Un style qu’il a acquis à force de travail, voire avec l’aide de Facebook sur les différents forums photographiques, son terrain de jeu, comme il l’appelle. Quant à Photoshop attention à ne pas en abuser dans notre métier. Vous tromperez le praticien sur votre travail une fois, mais pas deux.

Dino nous rappelle l’importance de ce que nous avons envie de faire passer comme message dans la photo, et si possible de s’amuser par le travail, ce qui n’est pas permis à tout le monde.

Photos d’enfants, de femmes, de dents sculptées, de coupes de dents naturelles, d’instruments dentaires, de visages, de sourires ouverts ou fermés, toutes ces images défilent avec un réel bonheur, devant ceux qui ont assisté à ses cours ou à ses conférences.


Grâce à son œil et sa main Dino a pu concilier ses deux passions au service des trois acteurs du dentaire, le patient, le prothésiste, et le dentiste.

Mais, rien n’est acquis dans notre métier, on essaye de limiter ses échecs, on apprend tout le temps, de soi et des autres.

«  Je vous invite à embrasser ce merveilleux art qu’est la photographie et à l’intégrer dans votre pratique journalière, non seulement pour mettre en valeur votre travail, mais aussi pour que vos photos deviennent le reflet de votre créativité et de votre passion» Dino Li

 

J’ai essayé de rapporter le plus fidèlement ce que j’ai retenu de Dino , reprenant parfois ses paroles ou les interprétant, traduisant sa volonté de faire partager son expérience professionnelle, et au-delà, de sa vie tout court. Un tableau d’honneur qui ne pouvait lui échapper.      

JJ Miller (31 mai 2020)

Sur Dino Li :www.dinoli.com

https://www.sensdigitaldentistry.com/

      ceramique_301c_redimensionner.jpg

  

ceramique_529d_redimensionner.jpg


   ceramique_419d_redimensionner.jpg

 

confinement_073a_resized_2.jpg


confinement_097b_resized_2.jpg

Les commentaires sont les bienvenus et appréciés. Vous pouvez nous écrire, nous le publierons après lecture. Écrire : contact@apd-asso.fr



tableau_honneur4.jpg

new02.jpg Hugues Bory
Hugues a été une source d'inspiration et un moteur pour nombre d'entre nous. Il a formé plusieurs générations de prothésistes à la prothèse totale selon le concept Gerber. Il a amené cette spécialité de la prothèse totale à un niveau d'excellence comme peu de personnes savent le faire.


Au-delà de son apport aux prothésistes dentaires, certains d'entre vous se souviendront de l'aventure de la denturologie, à la grande heure du syndicat au début des années 90. Là encore son énergie et ses connaissances étaient une valeur inestimable pour l'avancé de cette profession alors naissante en Europe et au Canada.
Jésus Navas qui l'a bien connu à partir de cette époque, l'a décrit, lors de son oraison, en deux termes : C'était un Savant et un Missionnaire
Savant par ses connaissances acquises en se formant seul, ramenant de Paris des livres d'anatomie, de kynésiologie, de psychologie, de pharmacologie, de microbiologie, de technologie …
Un jour il s'est exclamé « j'ai trouvé ! » , comme les savants grecs s'exclamaient « Euréka ! »il s'agissait de comment concilier la denturologie en France.


Ainsi , il a inventé le stage de prothèse totale des 3P ( Praticien, Patient, Prothésiste ).
Tout le monde dans le même stage pour mettre en œuvre le magnifique concept Gerber.
Avant d'être le personnage incontournable du concept Gerber en France , il s'était déplacé en Suisse
pour rencontrer Max Bosshart et lui montrer ce dont il était capable. Il a sorti de sa valise les livres et les articulateurs , montrant son savoir à Max qui témoigna par la suite avoir été impressionné par sa prestation. Et son numéro combien de fois il l'a joué, déballant sa science devant des auditoires rendus insomniaques par le fossé qui apparaissait entre leurs réalités et ce qu'ils découvraient.


Ce savoir , il l'a partagé des années durant en enseignant dans des écoles, organisant conférences et stages, allant jusqu'en Russie, en Hongrie, au Cambodge et en Inde. Se spécialisant même pour la formation, et chaque week-end il remplissait inlassablement sa voiture de plâtre et modèles de travail, articulateurs et arc faciaux, alginate et oxyde de zinc pour transmettre ce savoir.

Arpentant la France de Lille à Nice, de Rennes à Strasbourg de Lyon à Bordeaux pour diffuser la 'bonne parole' d'une prothèse bien équilibré, d'un enregistrement intra-oral par pointeau central ou d'une empreinte myo-dynamique. N'est-ce pas cela un Missionnaire ?


Qui d'autre dans son domaine a su plus que lui motiver des prothésistes prêts à abandonner. J'ai reçu bon nombre de témoignages d'entre vous m'ouvrant les yeux sur ce personnage, j'ai appris à le connaître aussi au travers de votre vécu personnel avec lui. Certains le décrivant tantôt comme un grand homme, tantôt comme une locomotive ou un puits de science , même un mythe suscitant l'admiration autant que la jalousie.


Elle nous manque sa moustache légendaire, ses coups de gueule mémorables, sa verve inlassable et son éloquence. Qui aboiera férocement au son des noms des grandes compagnies dentaires comme il savait si bien le faire ? Ses stagiaires savent bien de quoi je parle.
Je salue ici l'homme, le professionnel et le père, desquels j'ai tiré ce que je suis devenu aujourd'hui.
Moi comme tant d'autres dans la profession, nous lui devons énormément. Pour ma part je lui dois tout , jusqu'à mon existence même. Son héritage restera vivant au travers de ses enseignements et aussi au travers des prothèses que ses stagiaires réalisent suite à ses conseils.


Sa philosophie me reste en mémoire « Ecoute la nature et elle te respectera. » c'est ce qu'il disait pour illustrer le fait qu'un enregistrement intra-oral était donné par le patient et non induit par le praticien.
Je suis heureux qu'avant sa chute j'ai pu le conduire à deux reprises à Chitrakoot, en Inde, où il a œuvré en bénévole pour l'association Global Denture que j'ai crée. Il a enseigné aux Indiens son art.
Ce travailleur inlassable n'aurait jamais pu abandonner la prothèse et elle le savait bien, c'est elle donc qui l'a eu.
Vendredi 5 octobre 2012, Hugues Bory, nous a quitté.
Julien Bory julien.bory@gmail.com

           capture2.jpg                       capture1.jpg

  TEMOIGNAGES (1)


Aujourd’hui si tout le monde reconnaît le talent d’Hugues BORY, il n’en fut pas toujours ainsi et de nombreux chirurgiens-dentistes Normands et pas seulement, le boycottaient, soupçonné d’être un dangereux denturologue et évité par de nombreux confrères pour ne pas déplaire à ces derniers comme l’attestent encore aujourd’hui quelques témoignages (news2)
C’est à cette époque que je fis sa connaissance, curieux de découvrir celui qui dérangeait le petit monde dentaire normand. De cette première rencontre, je garde l’image d’un homme humble, souriant et convivial, passionné et généreux, avec lequel je pus échanger longuement sur les différentes orientations possibles pour l’avenir de notre profession.


Curieux et assoiffé de connaissances comme l’atteste son cursus professionnel, Hugues aimait les partager aussi bien avec les jeunes étudiants de l’ENSPO de Cergy, qu’il me fit visiter avec fierté à plusieurs reprises, qu’au travers des stages Prothèses totales bi-max pour des confrères plus aguerris.
Dans les années 2000, en partenariat avec la Société Rotec, Hugues devint pour tous l’ambassadeur de la méthode Gerber et des produits Candulor, mais également le référent pour de nombreux spécialistes en Prothèses totales bi-max, en formant plusieurs centaines de prothésistes dentaires à travers la France.


Pour tous, c’était une remise en cause tant il bousculait nos acquis, révolutionnait notre approche de la prothèse totale bi-max et élargissait nos champs de compétences. Hugues ne se contentait pas de dispenser des cours théoriques, il avait à cœur de les démontrer en pratique, dispensant sans compter ses astuces et tours de main. Intarissable et fascinant Hugues captivait son auditoire et les stages se poursuivaient au cours du dîner et finissaient souvent très tard autour d’un verre au bar de l’hôtel.
La formation était si dense et les domaines explorés si nombreux, que je proposais à Hugues de dispenser sa formation non plus sur 3 jours mais sur 48 jours à raison de 2 jours par mois pour un groupe de 10 stagiaires. Enthousiaste, Hugues adapta sa formation, approfondissant tous les domaines, de l’empreinte primaire à l’équilibration, de la cire d’occlusion à la polychromie, de l’enregistrement d’occlusion à l’équilibrage en bouche, invitant de nombreux intervenants, prothésistes dentaires ou chirurgiens-dentistes, tous spécialistes en prothèses totale bi max afin de confronter, les théories, les techniques et les points de vue. Je me souviens des patients servant de cobaye pour les stagiaires qui découvrant notre profession et ses complexités, restaient suivre les formations.


Plus tard, avec les stages 3P, je réussis à faire venir plusieurs chirurgiens-dentistes normands qui hier le boycottaient et maintenant arrivaient accompagnés de leurs prothésistes et d’un de leurs patients particulièrement difficiles à appareiller.  Hugues n’avait pas son pareil pour se mettre dans la poche les chirurgiens-dentistes hostiles en quelques échanges, tant il les surclassait par ses connaissances, ses compétences et la pertinence de ses propos tout en faisant faire toutes les étapes prothétiques comme cliniques par les prothésistes stagiaires, un clin d’œil à la denturologie.
Lorsqu'il était en Normandie, Hugues venait souvent le week-end à mon laboratoire où nous réalisions des vidéos sur ses différentes techniques et tours de main qu’il dispensait lors de ses stages. Peu de temps avant de tomber gravement malade, il me présenta son projet de livre qui reprenait l’ensemble de ses cours de formation, malheureusement il n’eut pas le temps de le publier.


Aujourd’hui nous sommes nombreux à perpétuer sa mémoire en appliquant sa méthode au quotidien dans nos laboratoires ou lors de stages techniques comme le fait Pascal Donnou en partenariat avec la société Rotec.
Pierre Yves Besse Prothésiste Dentaire


Nombreux sont les témoignages sur Hugues Bory. Nous faisons donc exceptionnellement une suite au tableau d’honneur de l’APD sur ce formidable Prothésiste Dentaire.

new02.jpg Extraits de commentaires et réactions sur Hugues Bory

J’ai l'impression en recevant la documentation que le bonhomme n'est pas dentiste mais prothésiste (avec une liste de titres à rallonge d'ailleurs) or c'est lui qui s'occupe de faire les empreintes en bouche pendant le stage.Ce seul point me fait me poser des questions quelqu'un en a-t-il déjà entendu parler, ou mieux, a-t-il fait une des formations proposées par ce M. Bory ?


Maz Chirurgien-Dentiste (Eugénol)

Je l'ai faite et j'ai été scotchée par les cas. Mais il est effectivement prothésiste.
Mais pour avoir vu les cas en bouche, les PAC tiennent toute seule, sans crête et sans colle...

Séverine Chirurgien-Dentiste (Eugénol)


  J’ai suivi tous ses stages à Lille au CFA ce fut pour moi un grand moment.

il nous a montré une technique que lui seul avait, je me souviendrai à jamais de sa gentillesse et ses coups de gueule, merci monsieur pour ce savoir que vous m’avez transmis, mes respects à sa famille.

Véronique Bury Prothésiste Dentaire


  Bonjour et merci pour ce témoignage en l'honneur d’Hugues Bory,

J’ai moi-même fait plusieurs stages avec lui à Marseille et Caen,et il est vrai que cela était déroutant et enrichissant, je lui dois beaucoup en ce que je suis devenu professionnellement, il nous a émancipés, dommage qu'il soit parti si vite, son activité l'a dévoré.

Laurent Masson prothésiste Dentaire


  2002. Premiers contacts avec Hugues Bory. J’étais prothésiste, spécialisé en prothèse adjointe. Trente minutes après le début de la formation j’étais Prothésiste spécialisé en rien .

Le petit questionnaire d’évaluation de niveau avait semé la panique parmi les participants. Ce fut le début d’une formation qui après quelques mois nous à permis d’être des prothésistes spécialisés en prothèse adjointe totale. Anatomie, physiologie , kinésiologie , techniques de montage etc…. Cours pratiques également sous haute surveillance. Tous les cours de Hugues étaient accompagnés d’un support pédagogique écrit. Nous avons également eu la participation de plusieurs intervenants. Grace au dynamisme de Hugues nous avons très vite formé un groupe très unis, et cela m’a laissé un de mes meilleurs souvenirs professionnels. Cette formation a été le début d’un changement total dans ma carrière professionnelle. Hugues Bory, ce nom ne peut être dissocié de celui du Professeur Gerber. Il enseignera la méthode Gerber pendant des années. Personnellement Hugues Bory m’a apporté beaucoup par son dynamisme sa gentille sse et son expérience. Il a développé ma curiosité intellectuelle, qui était en sommeil dans une routine de laboratoire. Il poussait ses stagiaires à apprendre et à comprendre.

Pascal Donnou Prothésiste dentaire 


 J’arrive hier pour voir les empreintes primaires de ma patiente…

Puis une matinée entière à regarder les prothésistes faire les PEI avec des rappels d'anat archi-poussés.

Le bonhomme est à la fois très bon et bon enseignant… Le tout dans une ambiance limite déconne très agréable.

L'après-midi les empreintes secondaires… Et là ça a été bluffant.
On l'a regardé faire une empreinte sur un patient, puis j'ai fait de même sur ma patiente en suivant son protocole :
Le résultat est hallucinant, le tout de façon très simple. Et toujours dans une très bonne ambiance avec des patients qui ont passé quasiment trois heures sur place et qui sont repartis avec un grand sourire.

Après, on pourra critiquer l'hygiène dans laquelle on a fait les empreintes l'après-midi !

Hugues Bory est donc bien prothésiste, mais il se déplace aussi dans des cabinets dentaires pour faire les prothèses.
Bory fait dans la journée la prothèse, le patient part avec ses nouvelles dents le soir.
J’attends la suite niveau occlusion pour les deux prochains jours, mais on a déjà fait la partie théorique de la prise des rapports, et il a l'air très sûr de lui quand il dit qu'il n'y aura pas les interminables réglages à faire une fois la prothèse posée en bouche.

Maz Chirurgien-Dentiste (Eugénol)


 On a eu droit à une version de "33 J", autrement dit très intense. Mais les résultats sont bluffant. L'ambiance est excellente et le mélange patient/praticiens/prothésistes est une excellente chose.
Hugues Bory est à la fois très sympathique et très compétent, ses connaissances anatomiques dépassaient, à ma grande honte, largement les miennes….
….Le point fort est la prise des cires : détermination de la DVO, prise des rapports inter-maxillaires à l'aide du système de pointeau : une fois la prothèse réalisée, on retrouve en bouche la même situation que sur l'articulateur.

Pendant le stage tu es encouragé à venir avec un de tes patients, comme cela, tu réalises en pratique à mesure que tu vois en théorie et cela te paye une partie du stage….Les appareils sont maquillés (voir son site, un résultat impressionnant) et les dents sont en composite afin de faire une occlusion parfaite dans tous les mouvements et aussi pérenniser l'occlusion en limitant l'usure des dents.

J’ai la chance que le prothésiste qui nous a reçus pour le stage ne soit pas trop loin de chez moi et du coup nous réalisons ensemble la phase la plus complexe, c’est-à-dire cires et rapports intermaxillaires : c'est pratique car je révise un peu plus à chaque fois, c'est très bon pour l'acceptation de la prothèse car le patient voit ton travail, celui du prothésiste, et il constate que ce n'est pas fait par-dessus la jambe.

En gros, je me suis rendu compte que je ne savais pas faire de belles PAT et je suis plus confiant, même si le 100 % de réussite n'est jamais de mise, lors de la réalisation de PAT. Et le bouche-à-oreille fait que j'en fais de plus en plus.

Omega (Eugénol) Chirurgien-Dentiste


 Hugues,

Un excellent confrère de qualité, passionné de tour de magie, professionnel, humble, discret doué ayant beaucoup de connaissances sans oublier la kinésiologie dont il en était fier, pour l'avoir enseigné à ses confrères réceptifs, puis en faculté dentaire. Sujet qu'il maîtrisait à la perfection et savait le mettre en œuvre durant son exercice.

Je suis parti avec lui au Canada pour faire un 1er stage. Pour moi c'était un homme Bon.

Christian Besnier  Prothésiste Dentaire


Merci d’avoir fait l’éloge d’Hugues Bory. C’était un enseignant hors norme. Il s’est donné tel un apostolat à la PROTHÈSE COMPLÈTE bi max et ses connaissances et son expérience ont permis à de nombreux professionnels à devenir de bons Prothésiste ou dentistes. On lui doit énormément de reconnaissance et son nom restera gravé dans nos mémoires. MERCI HUGUES BORY!!

Jean-Paul Marsat   Prothésiste dentaire


  J'ai découvert Hugues Bory par ses publications dans le journal "Prothèse Dentaire" dans lequel je publiais souvent à l'époque. Ses articles étaient si élaborés que je les ai tous découpés et rangés soigneusement dans un classeur. Étant depuis longtemps séduit par les théories et pratiques du professeur Gerber et étant ami de Max Booshart, j'ai désiré faire la connaissance de Hugues Bory. Ce fut le début d'une amitié des plus sincères. Il fascinait par son énergie. Et par la passion et l'amour qu'il vouait à son métier. C'était pour tous un immense plaisir de l'écouter, et pour lui un jubilation de transmettre tout ce qu'il avait appris par tant de labeur, quelle expérience, c'était impressionnant. Et toujours cette bonne humeur, et les grands fou rire que nous avons partagés. Jusqu'au jour, ou......j'étais dans ma voiture, au parking, le téléphone sonne, mon dieu, c'est Julien ! Papa est mort me dit-il. Et voilà, je perdais un ami, et la prothèse perdait un grand Maitre.

Yves Georges André Probst Prothésiste Dentaire


Un grand et émouvant merci à l'Association Perspectives Dentaire et Jean-Jacques pour l'hommage rendu  à notre ami Hugues Bory.

Pour compléter les dires de  Christian BESNIER, Hugues lors du voyage au Québec de la première cohorte de 15 Prothésistes - Français de France, comme nous appellent les québécois - fût remarqué pour son excellente prestation en Prothèse Adjointe Totale tant sur le plan technique que clinique et ce, en toute humilité. Ces contrôles d’acquis furent sur sans concession et il obtint la meilleure note 20/20...

Nous ne fûmes pas surpris connaissant ses qualités professionnelles et humaines.

Hugues assura aussi conférences, cours d'Anatomie tête et cou ainsi que travaux dirigés en PAT à l’ENSPO avec passion. Ses qualités d'Enseignant fît rayonner l’ENSPO lorsqu’il s'investira notamment entre autres dans la formation d'étudiants de fin de 3° année de l’école de Prothèse l’In.a.D. à RABAT (Maroc) avec toujours la même passion et rigueur. 

Hugues, tu resteras toujours parmi nos amis les plus précieux dans nos pensées et nos coeurs. 

Respectueusement à sa Famille,

Max GROS, Retraité 

Ancien Directeur de l'ENSPO

Prothésiste Dentaire, Épithésiste  

Denturologiste (Diplôme canadien)



Hugues Bory est décédé en octobre 2012

tableau_honneur4.jpg

pioli.jpg

Jean-Vincent Pioli

J’ai connu Jean-Vincent Pioli en 1970, présenté par Paul Pretto, le directeur de l’Ecole Dentaire Française lorsque nous suivions ses cours.
Prothésiste Dentaire, Ceinture noire et professeur de judo, Jean-Vincent était un homme de conviction, mais aussi d’action et d’engagement.
Secrétaire Général du syndicat CGT des Prothésistes Dentaires, il avait commencé dans les années soixante son combat afin « d’imposer la reconnaissance de notre métier, profession sans autonomie et dépendant d’une autre profession, indispensable à la santé, méconnue de la population, ignorée des pouvoirs publics… » 60 ans après ses mots sont toujours présents.


Pressions, manifestations, il fut de tous les combats et eut aussi le courage d’organiser et de faire une grève de la faim en 1967 pour la reconnaissance, entre autres, de notre titre de « Prothésiste Dentaire » promulgué par Edgar Faure Ministre de l’Éducation Nationale.
Voisin et ami pendant des dizaines d’années je n’oublierai pas ces soirées animées que nous passions régulièrement avec Claude Landez, Bruno Giordano, Michel Goldberg, sans oublier  cette mémorable journée dans l’ancienne usine de Marcel Louvet, ancien PDG de la « Franco-Suisse », cette formidable entreprise, d’innovation pour les laboratoires dentaires, aujourd’hui disparue. Condamné pour homicide dans des circonstances professionnelles , ce dernier fit de la prison et Vincent Pioli fut l’une des rares personnes à lui rendre visite à Fresnes.


Jean-Vincent avait côtoyé également Raymond Leibovitch (Professeur à l’université Paris V) personnalité alliant tous les talents, conférencier plein d’humour et grand ami des prothésistes dentaires, Marcel Vevaud (MOF- UNPPD)  mais aussi Yvan Deschamps, le premier à avoir institué en France la prothèse adjointe métallique avec Vitallium, lui aussi  personnage également exceptionnel. Ne voulant pas voir inscrit son nom dans la revue CGT de Pioli, mais ayant de l’amitié pour lui, il payait pour avoir une page blanche.


Mais, on ne peut parler de Jean Vincent Pioli sans parler de ses 3 livres dont le premier est un petit bijou. « Pain sans chocolat » qui se situe entre Paris et Vivario en Corse. Nous revivons les années d’un môme des faubourgs, une sorte d’Antoine Doisnel des « quatre cents coups » de  François Truffaut. Jean-Vincent décrit avec charme et humour, le vécu d’une époque où l’on s’émerveillait à la découverte de la France d’avant-guerre. Nous découvrons un livre plein de senteurs et de couleurs au travers des colis envoyés par la famille corse qui sentaient bon la charcuterie : coppa, lunzo, figatellis mais aussi la polenta de châtaigne et haricots corses. Puis les voyages dans l’île de beauté à Vivario dans cette si belle forêt de Vizzavona et ses pins laricio, le train, les vieux qu’il fallait embrasser, la maison de sa grand-mère sans électricité, ni toilettes, mais cette femme qui a fait aimer la soupe à Pioli, une soupe qui mijotait sept bonnes heures avec les légumes du jardin, du lard et de l’huile d’oliv e. Plus loin le cabanon, avec l’âne et la chèvre. Pioli ne faisait pas partie des enfants gâtés, mais sa vie était peuplée de gens simples qui travaillaient très durement pour des salaires dérisoires, et où l’amitié et la solidarité étaient quotidiennes. Son univers était aussi la rue, où il fallait être le plus fort au sens réel et au figuré. On ne peut que penser aux photos de Cartier Bresson ou de Doisneau en lisant « Pain sans chocolat » .On peut encore trouver quelques exemplaires de son livre sur internet.


Le deuxième livre de Pioli, édité en 1999 « voyage dans les années 50 » retrace sa jeunesse, son CAP de mécanicien-dentiste en 1949, aussitôt embauché à la polyclinique des métallurgistes, ses cours de judo, les filles et les filles, les amours, son service militaire, son militantisme et ses espoirs, la fédération internationale des prothésistes dentaires, 21 pays adhérents aussi différents que les USA et la Chine, l’Egypte ou Israël, avec l’évocation d’une émouvante lettre d’un prothésiste dentaire de 19 ans Emile David*, à sa mère avant d’être  fusillé par les nazis à Chateaubriand, Loire Inférieure, en 1941.
Enfin « ADN » un roman paru en 2003 dans lequel nous découvrons l’inspecteur Santini (Corse) et Marc (le Prothésiste Dentaire) dans une banlieue parisienne que nous décrivent si bien les journaux en quête de faits divers et les sociologues en recherche d’explications. Jean Vincent Pioli nous entraîne dans ce livre sur les fausses preuves d’une enquête policière bâclée, d’un coupable tout désigné, dans un univers de petits gangs et d’identités culturelles différentes .130 pages à lire d’un trait.


Un jour, Jean Vincent est passé à mon laboratoire, me montrant  une lettre manuscrite de félicitation et d’encouragement de Jean d’Ormesson pour ses ouvrages. Il en fut très fier,  à juste titre. Comme quoi, on ne peut partager les mêmes idées et actions politiques, et se retrouver sur des sujets communs. Mais quel honneur pour Jean-Vincent, me semble t-il.
Bien sûr, il méditait à la fin du XX siècle sur ses engagements politiques passés, et n’hésitait pas à en parler en promenant son petit-fils devant mon laboratoire. Jean-Vincent Pioli est décédé en 2013. Sa fin fut douloureuse. Cérémonie familiale, très peu de prothésistes dentaires assistèrent à son enterrement au cimetière de Montreuil. Avec un caractère bien trempé, il n’eut pas que des amis, et certains prothésistes dentaires m’ont fait part de son intransigeance, « Nobody is perfect » .Même si les opinions politiques ou syndicales divergent, elles s’entrecroisent parfois. Paul Pretto, Claude Landez , Claude Pichard…  ont côtoyé Pioli , à une époque où notre profession tout entière était plus unie, et les initiatives plus fortes.


A titre personnel, Jean-Vincent m’a donné envie de découvrir et d’aimer la Corse, ce que je n’ai cessé de faire depuis.
Si j’écris aujourd’hui  ces quelques mémoires, c’est qu’il fut un exemple dans ce qui est toujours possible de faire dans la vie, si on en a la volonté.
Rien ne convient mieux à Jean Vincent Pioli que le vers d’Alfred de Musset en préambule de son « Voyage dans les années 50 » : «  Et vous aurez vécu si vous avez aimé »
Jean-Jacques Miller   jjmiller@apd-asso.fr

P.s.
"Cher Jean-Jacques,
C'est en effet la tristesse. Pioli était si dynamique, vivant, et plein d'humour.
Je garde un merveilleux souvenir de nos repas pris en commun…..
Michel Goldberg
Professeur émérite
UMR-S  747- INSERM Université Paris Descartes
Equipe 5, UFR Biomédicale"

 (17 mai2013)

pioli_livre.jpg

emile_david_chateaubriand.jpg

* lettre d’un mécanicien-dentiste de 19 ans, Emile David, à sa mère avant d’être fusillé par les nazis à Chateaubriand, Loire Inférieure, en 1941:

  " Ma chère petite maman adorée, et mon petit frère René, ainsi que mon cher papa,

A l’heure où tu recevras ces quelques mots, je serai loin de vous et pour toujours. En effet, il est 1h30 et les Allemands viennent nous chercher pour être transportés vers une destination inconnue.

Je vais vous dire tout de suite que je dois être fusillé, ainsi que 26 autres camarades. Nous mourrons avec l’espoir que ceux qui resteront aurons la liberté et le bien-être.

Mes dernières pensées sont celles-ci : j’ai fait une paire de sabots à trèfle à quatre feuilles pour toi chère maman ; et l’hydravion pour mon cher petit frère. Je n’ai rien pour Suzanne. Je demanderai qu’une partie de mes photos lui soit remise. Bien triste souvenir que cette lettre, mais mourir à présent ou plus tard, cela n’a pas d’importance.

Ne t’en fais pas, maman, et garde ta force et ton courage, car songe qu’il y a mon frère, mon cher petit René à élever. Toutes mes affaires te seront transmises et tout mon matériel.

Adieu, ma chère petite maman, et adieu aussi à toi mon cher René.

Je n’écris pas à papa, car cela le chagrinera assez vite. Adieu, une dernière fois et songez que tous mes camarades pensent à vous.

Adieu, mon bon papa ; je vous ai toujours aimés malgré que je vous aie fait beaucoup de peine.

Adieu, adieu à tous."


N.b.: Le mercredi 22 octobre 1941, jour de marché à Châteaubriant (il y a donc beaucoup de monde en ville) les otages, partis du camp de Choisel en camions, chantent La Marseillaise pendant tout le trajet. On leur a donné 30 mn pour écrire une lettre à leurs proches. Tous refusent d’avoir les yeux bandés face aux 90 SS du peloton d’exécution. Ils sont fusillés en trois groupes de neuf.







 

E. mail : fpd@france-prothese-dentaire.fr www.france-prothese-dentaire.fr

Commentaires, labels et certifications, sont sous la responsabilité du laboratoire, mentions légales


sitemap xml